Echanges-Débats

‘‘Croyance(s) et développement de l’Afrique’’

ÉCHANGE-DÉBAT 2021-1

En visioconférence Zoom, Samedi 09 janvier 2021 — 15h00 – 20h00

Contexte :

Le mouvement Africatho est la composante jeune de l’aumônerie africaine de France, elle-même émanation du Service national de Pastorale des Migrants de la Conférence des Évêque de France. Il regroupe des centaines de jeunes africains en France et désormais en Afrique à travers les mobilités du Réseau Africatho (RESAF). Il se positionne comme ouvrière d’une espérance nouvelle à la lumière des valeurs africaines, de communion interculturelle et de foi. Il rassemble aujourd’hui des étudiants, jeunes professionnels et entrepreneurs cultivant par l’unité des richesses africaines, la réflexion, l’entrepreneuriat et l’échange d’idées, le développement de l’Afrique.

À cette fin, elle organise depuis 2008 des rassemblements nationaux réunissant des centaines de participants autour des thèmes, ateliers de réflexion, animations et activités artistiques (chorale, danse, théâtre, récital…) pour tenter de répondre aux défis sociétaux d’aujourd’hui et de demain. De même qu’elle offre aux jeunes une tribune d’échanges et de questionnements permanent en organisant régulièrement des rencontres, échanges-débats ou séminaires entrepreneuriaux en visio-conférence ou présentiel. 

Lors du rassemblement national de 2017 à Orléans, la question de l’Africanité et de sa place dans l’Église et la Société a été abordée : « Jeunes : sous influences multiculturelles, apports en Église et en société »[1]Ce qui permit de positionner l’apport des croyances traditionnelles africaines en miroir de celles importées. Mais ce thème n’englobait pas un versant entrepreneurial. Ainsi, dans la continuité de cette réflexion et en regard des motivations entrepreneuriales croissantes au sein du mouvement, un élargissement de cette réflexion en contexte d’entrepreneuriat est désormais souhaité à travers le thème « Croyance(s) et développement de l’Afrique ».  

Problématiques & Attentes :

De nos jours, de nombreux débats opposent les religions importées (Christianisme, Islam…) et les traditions africaines, en postulant que tout développement socio-économique, culturel et sociétal en Afrique passerait d’abord par la restauration de l’identité spirituelle, culturelle et historique de l’africain. Jusqu’ici laissé aux contradicteurs militants vs. médias, et leurs relais. La question gagne de plus en plus d’adeptes, en particulier dans la diaspora africaine. Fidèle à sa tradition de discernement par la réflexion, la jeunesse Africatho a fait le choix du questionnement pour discerner le contexte, les raisons et les pistes de réponses qu’inspire ce débat. 

Axe de réflexion 1 : Les croyances ?

D’abord, partant de l’origine historique des conquêtes des religions dites importées et des religions traditionnelles africaines, nous commencerions par ressortir et cerner leurs fondements, leurs cheminements et leurs influences passées et présentes respectives, au cœur du système sociétal africain. A la lumière de ces éléments, nous pourrions ensuite nous questionner sur la cohabitation de ces religions, leurs apports et les valeurs qu’elles prônent :

  • Comment s’est formée au fil des siècles la religion chrétienne (via ses conquêtes de développement et de puissance) et quelles raisons expliquent son déploiement en Afrique ? 
  • Pourquoi l’Afrique a-t-elle accueilli le christianisme et qu’en est-il de sa cohabitation avec les religions/spiritualités traditionnelles africaines ?
  • Quelles vertus portent les religions traditionnelles africaines et comment expliquer la méfiance qu’elles suscitent ?

Axe de réflexion 2 : Le développement par l’entrepreneuriat ?

Ensuite, nous nous intéresserons à l’objet de notre intérêt pour ce débat, à savoir le développement de l’Afrique. Aujourd’hui plus que jamais de nombreux mouvements de jeunes se mobilisent autour de la question de l’entrepreneuriat pour et vers l’Afrique en s’appuyant sur les valeurs africaines. Nous souhaitons revendiquer une place économique sociétale et culturelle dans ce levier de valeurs. En cela :

  • Quel lien existe-t-il entre croyance(s), prospérité/puissance économique et développement ?
  • Les ‘puissances’ dites ‘développées’ aujourd’hui ont-elles (eu) recours à leurs croyances propres pour s’émanciper ?
  • Dans le cas particulier de l’entrepreneuriat des jeunes, comment le génie spirituel africain peut-il concrètement booster le développement socio-économique, sociétal et culturel de l’Afrique d’aujourd’hui ?

Aidé par un panel d’intervenants spécialistes, cet échange vise à donner à chacun des pistes de réflexion afin de mieux discerner notre rapport aux croyances d’une part, et orienter notre modeste contribution au développement de l’Afrique, que nous souhaitons respectueuse de chaque croyance, d’autre part. 


[1] Cf. chapitre 3, mémoire du RJA 2017, disponible sur www.jeunes-africatho.com/ressources

Catégories :Echanges-Débats

Laisser un commentaire